top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAttika Lesire

Les végétaux épiphytes


L'impressionnisme est loin d'être ce qui me botte le plus en matière de peinture.

Pourtant c'est Giverny, le village de Monet à une heure de Paris qui a trouvé grâce à mes yeux l'an passé. Depuis j'ai décidé que peu importe de quoi sera faite ma vie, un jour j'aurais une demeure là bas. Mais je ferais un article qui lui sera exclusivement réservé un peu plus tard !

Quoi qu'il en soit, Giverny avait cette particularité à laquelle je suis sensible d'étendre de toute sa robe une épaisse couche de lierre sur le bois de ses demeures,  de ses jardins, comme si un tsunami de végétation était venu un jour ensevelir le village.



Contrairement à ce que l'on peut croire, les plantes épiphytes ne sont pas des plantes parasites : elles n'endommagent ni ne prélèvent quoi que ce soit de leur socle.

La plante epiphyte est un colonisateur respectueux (si on enlève le gui).

Mousse, algue, on la trouve aussi bien en suspension, que dans le milieu aquatique.

Qui pourrait expliquer quelle sinistrose peut bien toucher ceux qui cherchent à s’en débarrasser avec une artillerie de répulsifs ? Y a t-il lieu plus rassurant que celui où la végétation, confiante a consenti à venir s'installer ? Je vous laisse apprécier cette lascivité de flore dans tous ses états.














Le "Tunnel de l'Amour", en Ukraine















0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page