top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAttika Lesire

Palmarès des phrases sans fond du quotidien.


Cet article sera un registre non exhaustif que je remplirais dès que j'aurais envie de jouer aux fléchettes, régulièrement complété et mis à jour, avec une table des matières. Parfois le raisonnement sera sérieux, parfois ... j'ai simplement envie de décompenser ou de me défouler.


Sommaire :

"Je ne crois pas en Dieu : je crois en la science"

Voilà voilà...

Par quel syllogisme peut-t on en arriver là ? Il est pourtant martelé que la rigueur faisait partie de la méthode scientifique... Pourtant, affirmer que la science est principe de toute vérité est une contradiction car ce n’est en rien une affirmation scientifique. --> En philosophie, on appelle ça un effet de rétorsion, alors au delà d'être un procédé très tête à claque, il permet surtout de mettre en évidence, avec les axiomes de celui qui parle, ses contradictions, fin de la parenthèse.


Cette déduction part d’une erreur de raisonnement grossière mais tellement répandue qu’on ne la remarque même plus. De fait, elle considère que parce-que l’on a l’explication scientifique de l’univers, alors, l’auteur de l’univers n’existe pas. Mais ce n’est pas parce que je peux expliquer le fonctionnement d’une voiture que Monsieur Louis Chevrolet ou qu'Henri Ford n’ont pas existé. Ce n’est pas parce que je peux expliquer le fonctionnement d’un système que l’auteur de ce système n’existe pas.


En l'occurence, il est plus statistiquement probable d'estimer selon une lecture scientifique, que si je découvre un tableau impressionniste dans mon grenier, des mains l'ont peintes avant, plus qu'il ne se soit fait tout seul.


Ensuite, dire je crois suppose un acte de foi. Un domaine se consacre entièrement à cette question : la théologie fondamentale. Une discipline passionnante. Pourquoi croire ? Sur la base de quel motifs ? Quel rapport avec les autres usages de la raison ? ...

Or depuis Platon, la connaissance n’est ni un dogme, ni le résultat d’un acte de foi, en tout cas elle s'en veut exonérée. (Notons que le scientiste en ce sens, est dans l'hérésie.) Dans ce cas, on est obligé de reconnaître qu'elle ne s'obtient pas par la même méthode.

Il faut différencier le COMMENT des phénomènes (avec notre boîte à outils à nous, franchement limitée mais enfin c'est mieux que rien), de leur POURQUOI.

Il faut voir ces deux propositions comme deux dimensions d'un même objet. C'est la différence entre un carré et un cube : on peut appréhender l'objet sur une face seulement, ou commencer à se balader tout autour, mais dire que la face B de l'objet n'existe pas parce qu'il y a une face A est absurde.


"S'est introduite en nous une confusion épistémologique où nous embrouillons deux types de certitude. "... "La foi est une certitude... mais cette certitude est­ elle du même type (je ne dis pas moins grand ou plus grand) que d'autres certitudes, en particulier la certitude rationnelle avec laquelle nous avons tort de la confondre de part en part?"

A. Gesché


C'est une fois, et une fois seulement ces deux aspects bien identifiés que l'on peut à peine commencer à comprendre une pensée qui les fusionne sans les confondre, comme le fait Saint Thomas d'Aquin.


 














"Je me réapproprie mon corps"

Prononcé par bon nombre de travailleuses du sexe. Je l'explique dans cet article-ci.






Attika Lesire

1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 Comment


aerone19
Feb 14, 2022

Très intéressant. Ce pendant je trouve que L’opposition entre la la Voiture et la création du monde n’est pas recevable, car la création de la voiture est un long procédé de rechercher matériel et palpable et réalisable pratiquement à l’infini. cependant malgré tout nos effort à travers notre histoire nous n’avons jamais réussi à reproduire un espace temps, un peuple, un cosmos égale au nôtre.


Like
bottom of page